Un site partenaire du portail Info Jeunes Grand Est
Un projet de volontariat européen, peut-il changer ta vie? #4

Rédacteur : CRIJ - volontaire CES
Date de mise à jour : 19/08/2021

Un projet de volontariat européen, peut-il changer ta vie? #4

La parole aux volontaires – #Manon

Pour le quatrième épisode de cette nouvelle série de témoignage,  Manon, qui réalise actuellement une mission de volontariat CES en Roumanie, au “Centru pentru Dezvoltare Durabilă Greentin” (Baia Mare , Roumanie), nous raconte comment le Corps Européen de Solidarité  est en train de changer sa vie !

Un projet de volontariat CES, peut-il changer ta vie (projets futurs, visions des choses, ou du quotidien, ton approche de l’engagement) ? De quelle manière le projet change-t-il la tienne ? 

Je pense qu’un volontariat peut changer la vie ou du moins la vision que l’on a d’elle. Pour ma part, cela a changé ma vision de la vie, je me suis rendue compte de la chance que j’avais d’être européenne et d’être née dans un pays riche avec beaucoup d’avantages. Mon volontariat a changé ma vision des choses et je pense à mon futur différemment, je suis maintenant consciente que j’ai beaucoup de possibilités pour trouver un travail / activités à la fin de ma mission.

Pourquoi est-il important de répandre le sentiment européen à travers le volontariat européen ? Selon toi, il est déjà développé parmi les jeunes ? Dans le cas d’une réponse négative, comment améliorerais-tu la situation ?

C’est important de se sentir européen, ce sentiment n’est pas assez développé chez les jeunes, il faudrait les sensibiliser, leur montrer les avantages d’être européen, faire plus de campagne sur les réseaux sociaux, dans les lycées / facultés pour informer les jeunes des opportunités. Il est important de répandre ce sentiment à travers le volontariat CES, je pense que c’est un des meilleurs moyens de se sentir européen en tant que jeune. Ce volontariat permet de rencontrer beaucoup de nationalités au même endroit d’être impliqué dans un projet le plus souvent interculturel. En rencontrant beaucoup de personnes ne faisant pas partie de l’Europe ici je me suis rendue de la chance que j’ai de faire partie de l’Europe et d’un pays riche. Être européenne me permet de voyager plus facilement (en Europe) et de pouvoir accéder à mes droits presque partout. Cela m’a même facilité de voyager en temps de pandémie mondiale. J’ai pu quitter la France en décembre pour aller en Roumanie, avec tout de même quelques restrictions.

On est convaincus que voyager est un besoin de croissance et de progrès tant au niveau individuel qu’au niveau communautaire. En cette période d’immobilisme dû à la crise sanitaire, en particulier pour les jeunes, il est devenu de plus en plus difficile de prendre un avion. Quelle est la perte, de ce point de vue, que nous apporte la pandémie à ton avis ? Et comment fais-tu face à cette situation ?

L’immobilisme restreint les possibilités, beaucoup de projets sont annulés, mais nous devons nous adapter, trouver d’autres opportunités plus proches de chez nous. Cette pandémie peut nous amener à réfléchir sur d’autres projets dans le pays où nous sommes, à découvrir d’autres possibilités que nous n’avions peut-être pas envisagées auparavant. J’ai du mal à réaliser l’impact de la pandémie par rapport à ma situation, je ne peux pas comparer car je n’ai connu que « l’après » pandémie. Depuis le début de ma mission je travaille en ligne, ce n’est certes pas la meilleure des situations mais ayant commencé comme ça, je me suis très vite adaptée. Les restrictions en Roumanie sont locales et moindres qu’en France, je me sens plus libre ici.

5 bonnes raisons de faire du volontariat européen 

  • Acquérir de nouvelles expériences professionnelles et personnelles
  • Rencontrer de nouvelles personnes
  • Découvrir de nouvelles culture, langue, pays
  • Le volontariat te fait grandir personnellement

-2 photos de moi avec mes colocataires (Maria et Gönül) –

-2 photos de moi avec mes colocataires (Maria et Gönül) –

Toutes les actualités

Imprimer Haut de page